On aura cru s'élaborer le désir d'une eau embouteillée, fraiche et distillée.

On aura cru s’élaborer le désir d’une eau embouteillée, fraiche et distillée. On aura cru fonctionner sur la base de cette horreur putréfiable, soudaine et destinée. On aura cru que nourrir l’esprit ne se ferait que de ce biais, unique et cassé.
Ainsi au passif nous nous sommes exprimés, et regrettés. Ma douce enfant… Tu es si belle et innocente… Par mille pitiés, choisis cette seule recommandation comme admise et justifiée, et fonde l’eau de ta propre pensée.

Niléane