Alors alors

Alors alors
Peste la soif de mots
Aucun ne sut suffire aux exosaisons
Fête si belle aux creux d’un cœur chanté
À la lueur d’une portée flûtée…
Autant de verts et de bleus
Que d’ensorts vertigineux…

Niléane