« Je ne savais pas qu'on avait de tels barjots dans ce lycée. »

Une citation de l’administrateur réseau du lycée.

Il en est venu à me dire ça lorsque je me suis rendu dans son antre afin de lui demander s’il avait un écran 4/3 sous le coude. Mon seul objet était de tester un script qui adapte la résolution d’écran lorsqu’un câble VGA est connecté (quelques conditions et des appels de xrandr, donc.), ce afin d’être certain que celui-ci fonctionnerait le lendemain pour un projecteur en 1024*768px. Car tout bonnement, en ce lendemain était prévu un examen oral durant lequel je réaliserais une présentation ( accompagnée du très beau Impress.js, soit dit en passant ! ) pour mon projet dans le cadre des T.P.E..

Bref. C’est qu’il a vite constaté que ma distribution était exotique, tout comme l’était mon gestionnaire de fenêtres. En me voyant tapoter de bêtes commandes telles que cd ./bin, une question émane de son air malicieux, par ailleurs dôté d’un non-désagréable sourire en coin :

Tu te rends compte de tout le mal que tu te donnes pour brancher un simple deuxième écran ?
_ Quel mal ?
_ Oh rien. Je ne savais pas qu’on avait de tels barjots dans ce lycée.

Évidemment, le ton était détendu et sympathique. Mais ce simple échange m’aide à me rappeler que l’exotisme de mon quotidien sur GNU/Linux m’aide à me sentir bien, juste… bien.

Niléane