Expérience avec Jekyll

On a, il y a quelques jours, métamorphosé cet espace sur le web.
Le principal motivateur de cette migration se trouve au cœur même du blog, ainsi que ma manière de le gérer.

Dr. Jekyll and Mr. Hyde

À raison d’un rythme de publication léger, et d’un classement linéaire (chronologique), la véritable machine qu’est Wordpress finit par logiquement paraitre surdimensionnée. J’ai donc opté pour le fameux Jekyll, générateur de blog statique, en ruby !

Avantages, tout ça.

Pour en expliquer le contexte ; les fichiers source sont en local, de là Jekyll génère un site statique, qu’il ne reste plus qu’à mettre à disposition sur le serveur (dans mon cas, à téléverser via FTP *¹). Et qui dit statique, dit très léger, et très rapide à charger.
Enfin, comble des avantages : pouvoir rédiger ses articles en markdown, avec vim.

J’utilise par ailleurs pour ce téléversement via FTP, l’outil glynn. Son fonctionnement est simple : on exécute la commande glynn à la racine de notre source, entre les identifiants FTP, et glynn se charge du reste ; c’est-à-dire mettre à jour la génération statique, et la téléverser.

Puisque statique, un tel blog ne peut intégrer de commentaires, si ce n’est en javascript. J’ai rapidement testé Talkatv, maaaaais… non. Un peu radotant, et nécessite aux lecteurs d’avoir à s’incrire sur l’instance. Ce sera donc, sous le conseil d’Olivier — que je salue — JSkomment. Il se trouve être très efficace et simple, et juste parfait pour mon utilisation.

Cela reste joli

Du moins, je l’espère. Question apparence, on m’a répondu « Eh bien, tu n’as pas peur du minimalisme ! ». Voilà qui résume magnifiquement.

capture d'écran Juin 2012

En bonus enfin, ci-dessus, la capture d’écran de l’un de mes premiers essais de Jekyll, datant de Juin 2012… Gare aux yeux, ça pique.

Aussi, comme à mon habitude, tout est très loin d’être réservé. Les fichiers source de mon carnet sont à retrouver sur Github, y compris styles, structures, sources de mes billets (en markdown), et j’en passe. Libre aux langoustes de s’en inspirer !

Niléane